Comment préserver sa chevelure ?

On a tendance à croire que l’on a des millions et des millions de cheveux sur la tête tant ils jonchent le sol de la salle de bain par poignées. Et pourtant, autant vous que moi, nous en avons entre 90 000 et 150 000 environ ! Et bien sûr, dépendamment de notre sexe, de notre origine ethnique, de notre condition physique, mais aussi de notre âge, ce nombre varie. La couleur influe également sur leur nombre, puisque les cheveux clairs ont tendance à être les plus nombreux sur la tête : entre 140 000 et 150 000. En revanche, les cheveux foncés étant par nature plus épais, sont en quantité moindre. Les personnes brunes en comptent aux alentours de 100 000. Pour finir, pour les roux, cette quantité oscille entre 75 000 et 90 000. Autre différence : la vitesse de pousse, qui varie elle aussi. Si le cheveu pousse entre 0.5 et 1 centimètre par mois pour un Africain, de 1 à 1.25 centimètre pour un Européen, pour les Asiatiques, les cheveux poussent entre 1.25 et 1.5 centimètre. Cependant, s’il est bien une chose pour laquelle nous devons tous faire face c’est bel et bien la chute des cheveux. En règle générale, nous en perdons entre 45 et 60 cheveux quotidiennement et plus d’une centaine au début de l’automne. Bien sûr, lorsque le cheveu meurt et tombe c’est qu’un nouveau cheveu le remplace. Mais c’est là où le bât blesse : la chute peut être plus importante que la repousse ! Un constat que nous scrutons tous avec attention face à notre miroir, mais aussi non avec une certaine inquiétude. 

Gros plan sur la source d’angoisse number one : la chute des cheveux

Qu’elle soit progressive ou brutale, la chute de cheveux n’est pas que l’apanage de la gent masculine et nous concerne nous aussi, les femmes.

Endiguer la chute des cheveux

Fort heureusement, il existe des solutions simples, accessibles, mais aussi naturelles pour lutter contre la chute des cheveux

Cheveux gras, secs ou cassants, avec des pellicules ou des croûtes ou encore des démangeaisons, les symptômes de la perte des cheveux diffèrent d'une femme à l'autre. Dès lors, mieux vaut déterminer les facteurs aggravants de la perte de cheveux en se rapprochant du corps médical. Votre dermatologue peut alors vous proposer des cures avec des shampoings et des sérums antichute selon la nature de vos cheveux, vous conseiller la prise de certains compléments alimentaires riches en gélatine végétale et en vitamines ou encore vous prescrire des médicaments. Le médecin traitant peut également, à l’aide d’un bilan sanguin, établir un traitement spécifique concernant la chute de vos cheveux. 

En parallèle, il existe également des gélules, des comprimés pour renforcer la texture de la chevelure et plus particulièrement, pour consolider la kératine. Dans les cas extrêmes, la microgreffe ou encore la réduction de tonsure permet de réduire les endroits dégarnis. Mais voilà, si comme moi vous être des adeptes des traitements naturels, optez pour des huiles. Celles de coco, d’argan, de ricin et bien d’autres, de par leurs propriétés, protègent et favorisent la repousse. 

Opter pour la prévention

De nombreuses causes sont à l’origine de la chute des cheveux. Il y a tout d’abord les chutes passagères dues à l’accouchement, à l’arrêt du contraceptif ou encore à une intervention chirurgicale notamment. Un choc affectif violent peut également provoquer des chutes passagères et diffuses de cheveux. La chute peut être plus durable et résulter d’un état dépressif, d’un stress permanent, d’un régime draconien ou être la conséquence d’une carence en zinc, magnésium, calcium et fer voire. Si vous souffrez de diabète, de cholestérol ou de problèmes thyroïdiens notamment, vous êtes également plus sujettes à la perte de cheveux. 

Pour ma part, même si l'origine de la chute des cheveux est établie, pour éviter d'avoir les cheveux dressés sur ma tête, j’ai opté pour une meilleure hygiène de vie. Une alimentation riche, variée et équilibrée, mais aussi la marche quotidienne de 30 minutes sont bénéfiques. De quoi revitaliser mon organisme et booster mes endorphines. En parallèle, les exercices de respiration et la pratique du yoga notamment de manière hebdomadaire m’ont permis d’atteindre une paix intérieure et donc de réduire mon état de stress. J’ai également décidé d’adopter des plantes. Cela peut vous faire sourire, mais elles sont très bénéfiques ! Outre le fait qu’elles purifient l’air intérieur de mon logement – qui est jusqu’à 5 fois plus pollué que l’air extérieur – elles m’aident à me détendre. En marge, j’ai limité les écrans et les ai surtout bannis de ma chambre. Une astuce qui suffit à déclencher une réaction de relaxation et surtout à améliorer ma qualité de sommeil. Bien qu’adepte des coiffures et styles capillaires tendance, j’ai succombé à la coiffure « effortless » et « wild » pour cette année. Exit donc le catogan, le chignon, le port d’extension qui créent des petites irritations, des inflammations du cuir chevelu, un éclaircissement progressif et donc qui favorisent la chute des cheveux. Exit également les colorations chimiques, les permanentes, le lisage et le recours au sèche-cheveux. Mes cheveux sont libres comme l’air. Ce qui ne m’empêche pas d’opter pour les accessoires à l’esprit résolument 90’s qui agitent actuellement la sphère mode à l’image du serre-tête zigzag, du headband, de la barrette, du choker ou encore de la pince. Comme quoi, je peux toujours rester fashion en évitant la chute. Et mesdames, faites comme moi, passez des larmes au rire, c’est excellent pour la santé et pas uniquement celle de vos cheveux … 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.