Guide pour choisir ses sous-vêtements masculins

Qu’il s’agisse de renouveler son vestiaire ou de faire un cadeau aux hommes de la maison, le choix d’un sous-vêtement devient une quête à l’image de celle du Saint Graal. Pour autant, il est inutile de parcourir l’Europe à l’image d’Indiana Jones dans l’une de ses dernières croisades, il suffit de suivre pas à pas les étapes clés pour cela : la coupe, la matière puis les finitions. 

Étape 1 : la coupe

À l’image des sous-vêtements féminins, les coupes de sous-vêtements masculins sont légion. Il y a le slip, le boxer, le shorty, le caleçon, le jockstrap, mais aussi le string. 

Le boxer/le shorty

Alliance parfaite entre maintien, confort et esthétique, le boxer, mais aussi le shorty, sont les sous-vêtements par excellence. Ils le sont d’autant plus pour les sportifs. La différence entre un shorty et un boxer c’est la longueur. Un boxer sera alors plus long qu’un shorty. Ils se reconnaissent par leur coupe très près du corps, comme une seconde peau. La coupe du boxer freegun est une coupe idéale pour les pantalons très ajustés, car il prévient alors les frottements et élimine les marques. Il est totalement invisible sous les vêtements. La particularité de la coupe du boxer est qu’elle se décline en plusieurs longueurs. Une caractéristique qui permet alors selon sa morphologie d’opter pour le boxer freegun de son choix et de se sentir à l’aise. Côté tendance, sa coupe résolument moderne, le rend alors irrésistible auprès des femmes. Et, pour les petits garçons, c’est l’occasion de se sentir comme un grand. Bref, le boxer, est le sous-vêtement idéal pour toute la famille.

Le slip

Le slip fait également partie du vestiaire masculin. Discret, il se porte avec tout. Cependant, dépendamment de la coupe du pantalon, il peut se voir et marquer alors un mauvais pli au niveau des fessiers. Classé dans le rayon des sous-vêtements anti-sexy et rétro, il demeure dans les tiroirs masculins à l’image des culottes Petit Bateau pour les jeunes filles.

Le caleçon

À l’inverse du boxer, le caleçon est un sous-vêtement masculin très ample. Confortable à souhait, il est idéal pour déambuler chez soi en l’utilisant comme un short. Dépendamment du pantalon, il peut former des épaisseurs de tissus disgracieuses. C’est le type de sous-vêtements que l’on aime porter lorsque l’on est adolescent. Et, contrairement aux apparences, la gent féminine le porte … histoire de garder un petit bout de son homme au sortir du lit.

Le jockstrap

Exclusivement réservé aux hommes, le jockstrap se reconnait par la poche de devant et ses deux bandes élastiques qui soulignent la courbe des fesses. Il est alors à préférer pour galber son postérieur ou pour faire du sport

Le string

Bien loin d’être le seul privilège des femmes, les hommes peuvent également porter un string. Effet « gros paquet », «push-up » ou encore modèle latéral, il en existe de toute sorte pour succomber à un sous-vêtement audacieux.

Boxer, shorty, slip, caleçon, jockstrap ou encore string, la gamme des sous-vêtements est assez large. Si pour bien choisir un sous-vêtement masculin il faut prendre en compte l’activité, pour assurer un bon maintien. Certains modèles étant plus adaptés pour dormir que pour faire du sport. En parallèle, il est également important de combiner la tenue du jour avec son sous-vêtement. Mieux vaut préférer un boxer ou un slip avec un short et un caleçon avec un jean, sauf s’il s’agit d’un jean slim.

Étape 2 : la matière

Après la coupe, le second point important dans le choix d’un sous-vêtement est la matière. Et là, les matières sont regroupées essentiellement dans deux familles de matières : le coton et les matières synthétiques.

Le coton

Le coton est par excellence, la matière qui assure une sensation de confort optimale. Facile d’entretien, respirant, doux, mieux vaut préférer le coton bio et/ou issu du commerce équitable pour ses nombreux avantages. Bien entendu, le coton peut être combiné avec de l’élasthanne ou du polyester. Ces deux matières synthétiques vont alors conférer au sous-vêtement une certaine résistance, mais aussi une élasticité appréciable. Mélangé avec du modal, le sous-vêtement en coton, sera tout aussi confortable, mais avec la douceur de contact en plus.

Les matières synthétiques

Plus légères que le coton, les matières synthétiques présentent elles aussi des avantages. Le polyester et la microfibre offrent aux sous-vêtements un effet seconde peau et un toucher velouté. La microfibre favorise l’évaporation de la transpiration. Le lycra ne se froisse pas et au lavage, le sous-vêtement garde sa forme. 

Il existe également d’autres matières comme le bambou qui donne au sous-vêtement un aspect satiné et un toucher soyeux. 

Étape 3 : les finitions

Ensuite, il faut en fonction de sa taille et de son poids opter pour la bonne taille de sous-vêtements. Un homme qui mesure 1 mètre 75 et pèse 60 kilogrammes optera pour une taille S. S’il pèse 95 kilogrammes, mieux vaut qu’il prenne une taille XL. Et, pour finir de trouver le modèle de sous-vêtement qui combine confort, modernité et esthétisme, il faut également s’attarder sur les finitions. 

Le design

Côté couleur, motifs, messages, tout n’est affaire que de goûts, d’envies. Et que chacun se rassure, la mode est un éternel recommencement et les clins d’œil aux musts des années précédentes font d’année en année leur éternel come-back. Preuve en est avec le fameux sac banane qui est L’ACCESSOIRE du moment. Même si les imprimés chargés, flashy renvoient une image infantile, que les personnages de fiction sont un trait d’humour ou encore que les rayures soient une valeur sûre, à chacun d’opter pour le design de son choix, le tout étant de l’assumer tout simplement. 

Les coutures

Parce que les coutures peuvent gêner lors des mouvements ou irriter la peau tout particulièrement dans certaines zones, les finitions de type triple couture sont les plus confortables. Outre le fait de garantir une meilleure résistance et donc une plus grande longévité, de maintenir le sous-vêtement, les frottements sont fortement réduits. 

L’élasticité à la taille

L’élastique à la taille est un élément de mode dans le sous-vêtement. Parce qu’il peut apporter une touche d’originalité supplémentaire, rien de tel que d’opter pour un élastique à la taille assortie aux tenues. Ce dernier peut être monochrome, avec des couleurs vives, des écritures, être élastique ou encore en tissus. Là encore, toutes les variantes sont possibles. À chacun donc de trouver la finition qui lui sied le mieux.

L’entrejambe

Pour finir, l’entrejambe peut être boutonné, avec ou sans ouverture. Généralement doublée, cette finition parfait le maintien. Selon ses habitudes et ses préférences, l’une ou l’autre des possibilités est alors privilégiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.