Black Friday : tout comprendre

Regardons de plus près ses racines. Il y a de nombreux types de vente dans le monde : vente d’ouverture, vente de liquidation, vente anniversaire, vente de 3 jours et plus. Cependant, il y a un événement marketing qui peut compléter tous ces différents types de ventes dans le monde. Et c’est bien entendu le fameux Black Friday.

Quand on entend le mot « Black Friday », la première chose qui nous vient à l’esprit est vente. C’est l’époque de l’année où des centaines et des milliers de centres commerciaux dans le monde font les ventes les plus bruyantes, les plus folles et les plus importantes jamais réalisées : machine à soda, téléviseur, smartphone, console de jeux vidéo, gros électroménager…

Bien sûr, c’est aussi le moment de l’année où des milliers de personnes risquent leur vie à cause de la ruée vers tous les centres commerciaux pour obtenir tout ce qu’elles veulent à un prix très avantageux. Les gens font même la queue des heures durant avant l’ouverture des magasins pour obtenir en premier les bonnes affaires de l’année.

Et pour les plus malins ? Ils choisissent de jouer la carte de la facilité (et de la sécurité) pour le Black Friday en effectuant les achats en ligne sur les boutiques phares comme Amazon, Fnac et bien d’autres.

La vraie question est : quelle est la véritable histoire derrière cette vente folle qui sévit au niveau mondial ? Préparez-vous à une plongée en profondeur dans l’histoire du commerce de détail et du désormais célèbre Black Friday.

Pourquoi s’appelle-t-il Vendredi Noir (Black Friday) ?

Selon les recherches, Black Friday est un nom informel pour le lendemain de l’Action de grâce aux États-Unis, le quatrième jeudi de novembre, qui a été considéré comme la début de la saison des achats de Noël dans le pays depuis 1952.

Cependant, il y a beaucoup d’histoire derrière cette folle aubaine du commerce de détail. La première est au cours de l’année 1869.

L’effondrement du marché de l’or aux États-Unis

La première preuve de l’utilisation du terme « Black Friday » n’est pas sur une vente de vacances mais sur une crise financière : le crash du marché de l’or américain le 24 septembre 1869.

Deux canailles bien connues, Jay Gould et Jim Fisk, ont travaillé ensemble en 1868 pour acheter autant d’or du pays qu’ils le pouvaient, espérant que la valeur augmente et le revendre pour des profits étonnants.

Et ce vendredi de septembre, la conspiration des deux financiers les plus impitoyables de Wall Street s’est finalement dévoilée, faisant chuter la bourse en chute libre et ruinant tout le monde, des barons de Wall Street aux agriculteurs.

Rouge à Noir

Vient ensuite l’histoire la plus souvent répétée du mythe du Vendredi noir, qui est lié aux détaillants.

De nombreux détaillants rapportent certains de leurs profits les plus élevés le vendredi noir. La partie noire du nom, « Black Friday », concerne les entreprises qui enregistrent leurs pertes à l’encre rouge et leurs gains en noir. Cette tradition se perpétue dans les logiciels de comptabilité modernes, d’où le nom.

Ainsi, après une année entière d’exploitation à perte (« à l’encre rouge « ), les magasins étaient censés réaliser leur profit (« en noir « ) le lendemain de l’Action de grâces, parce que les acheteurs des Fêtes dépensent une énorme somme d’argent durement gagnée en produits à prix réduit. Il est également vrai que les entreprises de vente au détail utilisent le rouge pour enregistrer leurs pertes et le noir pour leurs profits.

Esclaves à prix réduit

Ces dernières années, un autre mythe a fait surface et donne une tournure étonnamment laide à la tradition alléguant que, dans les années 1800, les propriétaires de plantations du Sud pouvaient obtenir des esclaves à prix réduit le lendemain de l’Action de grâce. Bien que cette version de l’histoire de Black Friday n’ait aucune preuve.

Vendredi noir à Philadelphie

Et le dernier est le Black Friday de Philadelphie. Dans les années 1950, les policiers de la ville de Philadelphie utilisaient le terme « Vendredi noir » pour décrire le chaos qui régnait le lendemain de Thanksgiving. Au cours de cette journée, des hordes de piétons et de véhicules affluaient dans la ville pour assister au grand match de football entre l’armée et la marine qui a lieu chaque samedi de l’année.

Non seulement les policiers étaient incapables de prendre leur journée de congé, mais ils devaient aussi faire des heures supplémentaires pour faire face à l’énorme foule et à la circulation. De plus, les voleurs à l’étalage profitaient de l’occasion pour s’introduire par effraction dans les magasins, ce qui ajoutait un mal de tête supplémentaire aux forces de l’ordre.

Un événement marketing puissant

Depuis, l’histoire du Black Friday a été oubliée et s’est transformée en un événement annuel dédié à la vente au détail. Le succès des ventes d’une journée s’est maintenant transformé en un événement d’environ quatre jours. Le nombre de consommateurs ayant profité du Black Friday est passé de 151 millions en 2015 à 154 millions en 2016.

En 2017, on estime que ce nombre est passé à 164 millions. Quels seront les statistiques de cette année avec ce Black Friday 2018 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.